41 cas en une journée à Oran :

« Relâchement et non respect des mesures préventives »


La situation de l’épidémie de Covid-19 dans la wilaya d’Oran est inquiétante et le pire est à venir. C’est ce qui ressort de l’analyse de l’intervention du Dr Youcef Boukhari, chargé de la prévention à la direction de la santé et de population et membre de la commission de wilaya du suivi lors de son passage dimanche sur la radio locale.

Le nombre de cas a connu une hausse vertigineuse. Le plus inquiétant c’est que le nombre des personnes admis en réanimation a aussi augmenté a affirmé le Dr Youcef Boukhari. Le médecin n’a pas caché ses craintes. « La demande sur les tests PCR a aussi explosé. A titre d’exemple pour la matinée du dimanche prés de 120 personnes se sont dirigées vers l’hôpital 1er novembre et une cinquantaine vers le centre hospitalier d’Oran pour se faire dépister, après avoir ressenti des symptômes de la maladie ». Signe inquiétant du relâchement de la population. Le Dr Boukhari est allé plus loin en déclarant que « si ont fait un dépistage de toute la population et ont se réfère aux études de l’OMS, qui font état que chaque cas positif peut contaminer quatre personnes en une journée, 35% des oranais seraient porteur du Covid -19 et l’ignorent. Des déclarations qui laissent entendre que l’on se dirige vers une situation hors contrôle de manière généralisée. Il se dit « certain que ce rebond est le fruit du manque d’engagement et de l’indiscipline des citoyens à respecter les gestes barrières anti-Coronavirus; recommandés par les autorités sanitaires du pays. La plupart des habitants ne respectent aucune mesure de prévention, ni dans les espaces publics, ni dans les transports et les marchés. Depuis quelques jours déjà plusieurs foyers ont été recensés au sein de plusieurs familles. La situation épidémiologique des cas de Covid-19 dans la wilaya d’Oran, montre, désormais, une tendance avec un virus qui circule dans les familles, et touche tous les quartiers d’Oran et une majorité de commune. Les investigations épidémiologiques font état de 28 clusters familiaux. Cela va d’un groupe familial d’une personne à une autre qui concerne 14 membres. Il a ainsi lancé un appel aux services concernés pour durcir les sanctions à l’encontre de tous les contrevenants, individuellement ou collectivement, aux mesures de prévention et notamment par l’application des amendes relatif aux non respect du port de masque « La lutte contre ce virus dangereux, dont les conséquences sur l’être humain à long terme ne sont pas encore connues, est très simple. Il suffit de se protéger par des masques et de se laver les mains fréquemment » a-t-il affirmé. Et d’ajouter encore « il faut maintenant que le port du masque soit systématique, les citoyens doivent avoir conscience de la gravité, l’Etat ne peut pas fournir des masques à 40 millions de citoyens ? Je ne comprends pas les gens qui peuvent s’acheter des cigarettes et dire qu’ils ne peuvent pas dépenser 40 DA pour une bavette ». 41 cas en une journée et plus de 1.500 cas et 40 décès depuis le début de la pandémie Oran a enregistré un nouveau record journalier des contaminations, avec 41 nouveaux cas positifs enregistrés au soir de dimanche 28 juin et 23 cas samedi. La plupart des habitants ne respectent aucune mesure de prévention, ni dans les espaces publics, ni dans les transports et les marchés. Le même responsable a affirmé que même dans les transports en commune 60% des passagers ne portent pas le masque. Idem pour certains chauffeur et receveurs ». Oran est en alerte compte tenu de l’explosion des cas de Coronavirus. Selon le même interlocuteur, du 18 mars dernier jusqu’à dimanche Oran a enregistré plus de 1.500 (PCR et scanner) cas positifs et 40 décès. Une majorité des contaminations est d’origine familiale, ont révélé les enquêtes épidémiologiques. Le citoyen est le premier responsable de cette situation. Il ne respecte pas les règles sanitaires. La plupart des cas contaminés et interrogés dans le cadre des enquêtes épidémiologiques déclarent qu’ils ont assisté à des cérémonies de mariage, funérailles ou des fêtes en familles. Les marchés populaires sont bondés de gens, certains cafés ouverts et quelques restaurants autorisent la consommation à table ». La wilaya d’Oran est classée quatrième après les wilayas de Blida, Alger et Sétif en ce qui concerne le nombre de cas de coronavirus, selon la carte épidémiologique, publiée sur le site du ministère de la santé, de la population et de la réforme hospitalière. Le premier cas de coronavirus a été confirmé à Oran le 18 mars par les services de la santé. Devant cette situation signalée dans plusieurs wilaya le président de la République a ordonné avant-hier « le durcissement des sanctions à l’encontre de tous les contrevenants, individuellement ou collectivement, aux mesures de prévention », instruisant le Premier ministre d « 'étudier les mesures à prendre avec le comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie du Coronavirus afin de décider des actions à entreprendre dans les prochains jours en vue de briser la chaîne de contamination et de circonscrire les foyers épidémiques». Prés de 1.000 cas de guérisons par la chloroquine Même si le nombre de cas à Oran est important, le taux de guérison est très satisfaisant. Utilisé par l’équipe médicale du service des maladies infectieuses du centre hospitalier universitaire d’Oran depuis la dernière semaine du mois de mars , suite aux instruction du ministre de la santé le protocole de traitement à base de chloroquine donne de bon résultats sur les malades. Prés de 1.000 personnes atteintes de la covid19 sont guéries . Le nombre total des cas de Covid-19 rétablis, pris en charge au centre hospitalier et universitaire d'Oran Dr Benzerdjeb plateau a atteint hier les 473 malades. Selon un communiqué publié par la cellule de communication ces personnes ont été libérées, après avoir été soumis au protocole de traitement à base de chloroquine. Aussi le nombre des cas complètements rétablis du virus, au niveau de l’établissement hospitalo-universitaire (EHU) «1er Novembre» avoisine les 450. Les patients ont été soumis au protocole de traitement de l'hydroxychloroquine. D’autres malades sous traitement se trouvent dans un très bon état (tous les symptômes ont disparu). Ce traitement est disponible en Algérie en quantités suffisantes. L’Algérie qui produit l’hydroxychloroquine a été parmi les premiers pays qui ont validé ce protocole en administrant aux malades atteints du coronavirus de l’hydroxychloroquine et l’azithromycine. Toutefois le meilleur traitement efficace est d’observer les mesures préventives auxquelles ont appelé les pouvoirs publics, notamment le respect du confinement. « si on ne change pas de comportement, il faut s’attendre à l’augmentation de cas à cause du non-respect des mesures de prévention, surtout que les échanges de visites familiales pour présenter les vœux aux élèves ayant réussi leur passage au cycle secondaire ont connu une hausse ces derniers » a conclut le Dr Boukhari qui a encore une fois insisté sur le port de masque, la distanciation sociale et l’hygiène tels la désinfection et le nettoyage des mains et des lieux afin d’éviter le pire scénario. Fayçal A


>> Retour
les plus lus
>>900m2 de forêt détruite dans un incendie
>> Le problème du transport se fait récurrent
>>Des poursuites judiciaires contre deux personnes
>>Agression contre des médecins du service covid19 du CHU
>> 10 ans de réclusion pour le mis en cause
>>"Dribat a beaucoup fait pour le développement du football"
>>La pêche "Alberta", la "star" des fruits d’été
>>Le président de la JS Kabylie condamné à deux mois de prison ferme
Nos dossiers
>>Harraga

Votre journal
en PDF

Divers
>>Heures des Prières
>>Pharmacies
>>Téléphones utiles
>>Urgences
>>Météo

Archives