Un transfert vers l’Olympique Marseille n’est pas exclu pour l’Oranais

Belaïli, direction l’Europe ?


Son talent est indéniable mais l’énigme est là. Youcef Belaïli n’a jamais joué en Europe. Enfin si. Il a fait une petite pige au SCO Angers juste après la levée de sa suspension de deux ans pour avoir consommé des produits dopants. Mais c’était tout.

Il a même préféré revenir à l’Espérance Tunis pour relancer sa carrière. Choix payant puisque la formation tunisoise lui a permis de retrouver ses sensations. Mieux encore, c’était sa porte pour le retour en sélection où il a brillé sous les ordres de Djamel Belmadi. Malgré une Coupe d’Afrique des nations 2019 très aboutie, il a dû se contenter de signer en… Arabie saoudite l’été dernier mais il semble que son aventure au Golfe sera courte. Belaïli à l’Olympique Marseille, il en été déjà question lors du meracto estival. Mais rien n’a été conclu au final. Au grand dam de ceux qui espéraient voir le « numéro 8 » faire l’étalage de son génie sur les terrains européens. C’est Al-Ahli Djeddah, en concurrence avec Al-Nassr Riyad, qui est parvenu à proposer l’offre la plus convaincante avec un contrat courant jusqu’à 2022 et des émoluments annuels à hauteur de 3 millions de dollars. Difficile à décliner. Après une CAN dans laquelle il a été très en vue, on ne peut pas dire que l’ancien de l’USM Alger a privilégié l’aspect sportif au lucratif en choisissant de se produire dans un championnat saoudien qui ressemble des stars à la pré-retraite et au niveau technique très moyen. Trop facile pour l’Oranais qui sait manier le ballon avec une aisance remarquable. Le challenge ne semble pas être celui qu’il imaginait. -Performant et constant Au bout de quelque temps, le « Fennec » a pu s’apercevoir qu’il n’est pas vraiment dans son élément. Une relation un peu tendue avec son coach Christian Gross, difficulté d’adaptation et des sorties en cours de match qui ne l’aident pas vraiment pour prendre plus ses marques, le « Vert » a déjà fait part de son « dégout » en début du mois dernier. «Bien sûr, je dois m’habituer à l’environnement. Je n’ai joué que cinq matche. Je crois que ça viendra avec le temps. Je connais ma valeur et les supporters aussi», avait-il indiqué non sans noter que «l’entraîneur ne m’aide pas vraiment pour engranger des minutes et me mettre dans les meilleures conditions pour tout donner. Mais j’essaierai, dans l’avenir, de montrer mon meilleur visage.» Pour sortir un peu de cet atmosphère conflictuelle, le milieu offensif de 27 ans a livré deux grosses prestations en sélection lors de la date Fifa de novembre. Brillant contre la Zambie, il était impliqué dans les 3 premiers des 5 buts de l’Algérie (5/0). Passeur sur corner, il a provoqué un penalty puis signé une superbe réalisation d’une frappe limpide en pleine lucarne. Quatre jours plus tard, il a aidé « El-Khadra » pour revenir avec les trois points de Gaborone en Botswana en inscrivant l’unique pion de la partie sur corner direct. Youcef a toujours quelque chose de spécial et ça ne peut pas échapper aux agents de clubs. -Dix ans et demi après Ziani Aux dernières nouvelles, selon le quotidien spécialisé « Compétition », il y aurait des touches sérieuses avec l’Olympique Marseille. L’actuel deuxième de la Ligue 1 Conforama (France) revient à la charge et pourrait acheter son bon de sortie et le faire venir dès cet hiver. En jouant les premiers rôles, la direction Olympienne se retrouve obligée de recruter afin de renforcer son effectif et augmenter le nombre de solutions pour le driver André Villas-Boas. Le statut de Champion d’Afrique ne peut que rendre cette arrivée crédible dans une formation où l’Algérien peut largement décrocher sa place. Aussi la typicité de l’écurie phocéenne, suivie par un nombre important de Dz, devrait inciter la direction à frapper un gros coup sur le plan sportif mais aussi de la com’. Comme c’était le cas pour Karim Ziani, dernier « Guerrier du Sahara » à avoir signé pour l’unique team français vainqueur de la Ligue des Champions UEFA en 1992 (Coupe d’Europe de clubs champions à l’époque). C’était en juillet 2009. L’hypothèse reste très crédible et largement envisageable. Reste à savoir si les Saoudiens laisseront filer Belaïli et quelles seront leurs exigences(sources Reporters).


>> Retour
les plus lus
Nos dossiers
>>Harraga

Votre journal
en PDF

Divers
>>Heures des Prières
>>Pharmacies
>>Téléphones utiles
>>Urgences
>>Météo

Archives