JSM Béjaïa - Après leur défaite en finale de la Coupe d’Algérie

Les Béjaouis scandalisés


Pour les joueurs, le staff technique, les dirigeants et les supporters de la JSMB, c’est l’arbitre qui aurait privé l’équipe de son deuxième trophée, avant-hier, à Blida.

De l’avis de tous, rien ne justifiait l’invalidation par l’arbitre, Mohamed Saidi, du premier but de la partie inscrit par le joueur béjaoui Belkacem Niati (73’). Après une première mi-temps pauvre en occasions, la seconde fut très animée de part et d’autre. Et c’est ainsi que les hommes du coach Moes Bouakaz, sans avoir été très entreprenants tout le long de la partie, ont réussi à secouer les filets adverses. Mais l’arbitre du match en décida autrement et les conséquences furent néfastes pour les gars de la Soummam qui ont encaissé un but trois minutes plus tard, signé du meneur de jeu du CRB, Amir Sayoud. Le coup de grâce sera porté dans le temps additionnel (94’) par les Algérois qui s’adjugeront du coup leur huitième trophée à la grande désillusion du camp béjaoui. Ce dernier crie au scandale et dénonce, avec force, avoir été lésé dans ses droits lors de cette finale. Des spécialistes de l’arbitrage, à l’instar de l’ex-international Mohamed Bichari, parlent de «mauvaise décision» prise par Saidi qui a invalidé de façon «arbitraire» le but de Niati, comme l’ont constaté aussi des millions de téléspectateurs. «Le referee était injuste à notre égard dès lors qu’il nous a refusé un but limpide. Il n’y avait aucune faute commise sur les défenseurs adverse. Je laisse cet arbitre à sa conscience et, croyez-moi, ce n’est pas facile de se remettre d’une telle injustice. Nous sommes notamment désolés pour nos chers supporters», a déclaré Belkacem Niati, auteur du but refusé à la JSMB. C’est le rêve de toute une région qui s’est évaporé, après tous les sacrifices consentis durant la phase éliminatoire de Dame coupe. «Je crois que nous avons fait jeu égal avec notre adversaire, notamment en seconde période de jeu. Ceci, en dépit de notre déficit sur le plan physique. Nous avons su adopter le schéma qui convient en réussissant même à ouvrir la marque. Malheureusement, l’arbitre en a décidé autrement, en nous privant d’un but on ne peut plus valable. Nous n’avons commis aucune faute qui aurait pu justifier sa décision. C’est vraiment dommage. On aurait aimé procurer de la joie à nos supporters et faire la fête avec eux. Mes félicitations pour l’équipe adverse», a déclaré pour sa part le coach de la JSMB, Moez Bouakkaz, à l’issue de la rencontre. De son côté, le manager général de la JSMB, Hakim Amaouche, n’a pas été tendre avec l’arbitre Saidi, qu’il accuse ouvertement d’avoir privé son équipe du trophée de Dame coupe. «Tout a été fait pour nous priver de remporter ce trophée. La preuve est que cette finale aurait pu avoir lieu dans les délais mais on a tout fait pour nous démobiliser. Aujourd’hui (avant-hier, ndlr), tout le monde a vu à quel point on a été lésés par cet arbitre qui était venu spécialement pour nous casser», a déclaré l’ex-attaquant de la JSMB et de la JSK.


>> Retour
les plus lus
>>L’EGT au centre d’un grand scandale financier
>>La commission des métiers à haute pénibilité installée "prochainement"
>>L'argent du recouvrement en urgence !
>>Les souscripteurs ne décolèrent pas et organisent un énième sit-in
>>Les voleurs se sont emparés cette fois de 650 millions de centimes
>>Naples s’intéresse toujours à Adam Ounas
>>Le wali inspecte les chantiers des Travaux publics
>>Les erreurs dans les actes notariés à l'ordre du jour, le 25 mai prochain
Nos dossiers
>>Harraga

Votre journal
en PDF

Divers
>>Heures des Prières
>>Pharmacies
>>Téléphones utiles
>>Urgences
>>Météo

Archives